page de titre p.75

25.1

p.76

PARTIE 3 :

LA DYNAMIQUE DES POPULATIONS :

Diversité des êtres vivants

et impact sur le peuplement des milieux

Chapitre A :

Respiration et peuplement des milieux

I- Diversité des modes de respiration

Activité 25 (p.79) : Comparaison des modes de respiration de différents êtres vivants

I.1) Respiration des poissons

Question : Comment font les poissons pour respirer sous l'eau sans se noyer ?

 

Les poissons respirent dans l'eau grâce à un organe spécialisé : les branchies.

 

L’eau entre par la bouche du poisson, passe par les branchies et ressort par les ouïes. Pendant son passage dans les branchies, le dioxygène passe dans les capillaires sanguins et le dioxyde de carbone sort des capillaires pour aller dans l'eau.

Respiration des poissons - M. ESPINAS
00:00 / 00:00

Schémas à corriger p.79

Schémas à corriger p.79

25.2

p.77

Schéma à corriger p.79

DEFINITION :

  • Branchie : organe respiratoire spécialisé permettant de respirer dans l'eau.

BILAN :

Les poissons respirent dans l'eau grâce aux branchies.

I.2) Respiration des insectes

 
 
 
 
Question: Comment font les insectes pour respirer, alors qu’ils n’ont pas de sang ?

L’air respiré par les insectes entre par de petits trous, les stigmates, situés le long de leur abdomen à la surface de la cuticule. Ils sont reliés à un long tube, la trachée, qui se ramifie en trachéole et qui sont directement reliés aux organes. Ces derniers font donc directement les échanges de dioxygène et de dioxyde de carbone avec l’air.

Respiration des insectes - M. ESPINAS
00:00 / 00:00

25.3

p.78

DEFINITIONS :

  • Stigmate : Trou dans la cuticule des insectes relié à la trachée, permettant aux insectes de respirer.

  • Trachée : organe respiratoire spécialisé des insectes leur permettant de réaliser les échanges de dioxygène et de dioxyde de carbone directement entre les organes et l’air extérieur.

BILAN :

Pour respirer alors qui n'ont pas de sang, les insectes possèdent des organes spécialisés : les trachées et les trachéoles qui emmènent le dioxygène et le dioxyde de carbone directement aux organes.

I.3) Respiration des végétaux

 

 
 
 
 
Question : Comment les végétaux font-ils pour respirer, alors qu'ils ne font pas de mouvements respiratoires ?

L’air respiré par les végétaux entre par de petits trous appelés des stomates. Ils sont situés pour la plupart sous les feuilles, mais on en trouve de partout, y compris sur les racines ! C’est pour cela que les plantes n’aiment pas être trop arrosées : elles se noient !

Les cellules du végétal font alors directement les échanges de dioxygène et de dioxyde de carbone avec l’air.

Respiration des végétaux - M. ESPINAS
00:00 / 00:00

Schéma à corriger p.79

DEFINITION :

  • Stomate : Trou à la surface du végétal permettant l’entrée et la sortie d’air nécessaire à sa respiration.

BILAN :

Les cellules des végétaux font des échanges de gaz directement avec l’air qui entre à l’intérieur grâce aux stomates.

26

p.80-81

II- Influence de la respiration sur le peuplement des milieux

 
 
 
 
Question : Qu’est-ce qui influence la teneur en dioxygène des milieux aquatiques et donc le peuplement des milieux ?
Activité 26 (p.81) : Etude de l'influence de l'oxygénation d'une marre sur le peuplement des milieux

Les êtres vivants se répartissent dans le milieu en fonction des conditions de respiration déterminées par la teneur en dioxygène. Certaines espèces vivent dans des eaux riches en dioxygène (ex : la truite), d’autres au contraire vivent dans des eaux pauvres en dioxygène (ex : la sangsue).

Plusieurs facteurs influencent la teneur en dioxygène du milieu :

  • La température : plus l’eau est chaude, moins elle contient de dioxygène.

  • L’agitation de l’eau : plus l’eau est agitée, plus la teneur en dioxygène augmente.

  • La présence de végétaux chlorophylliens : à la lumière, ils rejettent du dioxygène dans le milieu. Les végétaux contribuent ainsi à oxygéner le milieu.

  • L’activité humaine : en modifiant la température, l'agitation ou le peuplement végétal d'un cours d'eau.

  • La pollution : elle entraine une diminution de la teneur en dioxygène de l'eau. En effet, la dégradation des substances polluantes par des micro-organismes, est consommatrice de dioxygène.

DEFINITION :

  • Teneur en dioxygène : quantité de dioxygène contenue dans 1 litre d’eau.

BILAN :

Les êtres vivants se répartissent en fonction des conditions de respiration (teneur en dioxygène) qui sont elles-mêmes influencées par la température, l’agitation de l’eau, la présence de végétaux chlorophylliens et l’activité humaine (en modifiant artificiellement les facteurs énoncés ou en polluant l’eau)

Influence de la respiration sur le peuplement des milieux - M. ESPINAS
00:00 / 00:00
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now